Quels-sont les parasites qui nuisent à votre animal ?

Il existe 2 grandes catégories de parasites :

  • Les parasites externes qui vivent et se nourrissent sur la peau de votre animal, notamment les insectes et les acariens.
  • Les parasites internes, principalement les vers, présents dans différents organes, ou dans le sang.

Les principaux parasites externes.

La présence de parasites externes n’est pas liée à un défaut d’hygiène, mais ne dépend uniquement du mode de vie de votre animal.

  • Les puces

La puce adulte, qui vit presque exclusivement sur votre animal, le pique pour se nourrir de son sang. Ces piqûres peuvent engendrer des allergies graves et difficiles à traiter. La présence de puces est également fatigante pour l’animal qui se gratte, se lèche, se mordille, s’énerve…

Les puces femelles pondent des centaines d’œufs qui tombent sur le sol, chez vous par exemple. Le développement de ces parasites exige des conditions précises de température et d’humidité, réunies presque toute l’année, et particulièrement à l’automne.

Il est donc important de protéger votre animal tout au long de l’année. Dans certains cas, la protection de l’animal seul ne suffit pas, et on traitera simultanément son environnement.

  • Les tiques :

Elles viennent occasionnellement sur votre animal pour se nourrir de son sang. Elles se fixent particulièrement dans les zones où la peau est fine (entre les doigts, les aisselles, autour des oreilles ou sur l’aine).  Le reste du temps, on les trouve dans l’herbe, dans le jardin ou dans la forêt.

Elles se décrochent d’elles-mêmes à la fin de leur repas, qui dure plusieurs jours, puis le digèrent avant de chercher un nouvel hôte. Les tiques peuvent transmettre des maladies potentiellement graves à votre animal comme la maladie de Lyme.

La présence de tiques est très saisonnière, et dépend du cycle de la végétation et de la température. Visibles à l’œil nu, on peut facilement les enlever, à l’aide d’un crochet spécial si elles sont peu nombreuses. Si toutefois elles sont présentes en quantité importante ou si leur présence est très fréquente, il faudra envisager une solution pour empêcher de manière durable leur fixation sur l’animal.

  • Les aoûtats :

Il s’agit d’acariens saisonniers dont les larves viennent se nourrir sur les animaux ou sur les hommes.  Ils sont présents de mars à octobre et entrent en diapause à la fin de l’automne pour se réveiller au printemps suivant. Les œufs éclosent rapidement, libérant des larves à jeun, seul stade parasite, qui recherchent activement des hôtes pour se nourrir. Elles résistent plusieurs semaines à plusieurs mois au jeûne.

La salive des aoûtats est très irritante voire allergisante, ce qui provoque des démangeaisons importantes ainsi qu’un léchage excessif.

Le traitement pour vaincre ces parasites est long. En effet, les traitements étant souvent inactifs sur les œufs et/ou les larves, il est nécessaire de traiter l’animal jusqu’à éclosion de tous les œufs et maturation de toutes les larves pour une efficacité optimale, soit plusieurs semaines.

Les principaux parasites internes :

parasites-internes-chien-chat.jpg

Les parasites internes siègent principalement dans le tube digestif mais peuvent être présents dans d’autres organes de votre animal (poumons, yeux…).

– Les vers ronds comme l’ascaris, le strongle ou le trichure

L’ascaris est le ver le plus courant du chien. On estime qu’environ ¾ des chiots sont contaminés par ce ver dès la naissance par une transmission de la mère à ses chiots. L’ascaris se multiplie dans l’intestin grêle. Si l’infestation est importante, le chien s’affaiblit, maigrit, a le ventre ballonné et pourra présenter des symptômes de diarrhée et/ou des vomissements. Chez l’adulte, la contamination se fera par ingestion d’œufs d’ascaris, se trouvant dans l’environnement suite à leur élimination dans les selles d’animaux porteurs.

Le strongle, est un petit ver qui se fixe à la paroi de l’intestin grêle. Il suce le sang de l’animal parasité et peut, dans des cas d’infestation sévère, provoquer une anémie importante. La contamination se fait de la même manière que l’ascaris.

Le trichure est un ver microscopique qui s’enfonce dans les parois du colon provoquant une réaction inflammatoire importante, s’accompagnant de diarrhées chroniques résistantes à de nombreux traitements. Le trichure est un  ver difficile à éliminer.

– Les vers plats comme le Dipylidium 

Le Dipylidium est un petit ver court et plat ressemblant à un vermicelle qui peut se retrouver accroché autour de l’anus de votre animal. C’est le ver responsable du ténia. On le reconnaîtra facilement dans les selles car il bouge. Ce type de parasite a nécessairement besoin d’un hôte intermédiaire qui pourra être la puce, des petits rongeurs, ou des oiseaux pour son développement.

La prévention, la meilleure protection :

Une vraie stratégie de lutte vaut mieux que des traitements ponctuels inadaptés. Tant que les parasites n’ont pas été éliminés, les risques pour la santé de votre animal sont toujours présents.

Parlez-en à votre vétérinaire qui saura au mieux vous conseiller.

Retrouvez notre sélection de produits adaptés juste ICI